Informations...

Idées cadeaux en bois suisse

Le nouveau portail en ligne «bois-holz-legno.ch» propose des cadeaux originaux en bois local. Ce site permet aux consommateurs de trouver rapidement des fournisseurs estampillés «Certificat d’origine bois Suisse» pour leurs cadeaux de noël, mais aussi pour construire et habiter avec du bois indigène.  

 

Qu’il s’agisse de sapins de Noël, de jouets ou d’une table, les produits authentiques et naturels de la région sont appréciés. Le nouveau portail en ligne propose des idées cadeaux en bois suisse.

 

Un outil intuitif permet de localiser facilement les entreprises qui mettent en œuvre le bois des forêts indigènes pour fabriquer meubles, aménagements intérieurs ou même maisons entières. En effet, le site www.bois-holz-legno.ch comprend une carte de la Suisse qui localise plus de 300 entreprises de l’ensemble de la filière bois, de l’exploitation forestière au fabricant de jouets. Toutes ces entreprises et leurs produits se distinguent par le «Certificat d’origine bois Suisse». Des portraits détaillés d’entreprises complètent par ailleurs cette plateforme d’information.

 

Ce site offre en outre aux consommatrices et consommateurs de bons arguments en faveur du bois suisse afin d’en accroitre son utilisation. Les partisans du «Swissness» devraient s’engager au profit de cette manière première indigène à chaque fois qu’une commune planifie une nouvelle crèche, une passerelle piétonne ou une centrale de chauffe au bois.

 

Ce nouveau portail est l’une des réponses de la filière du bois à la force persistante du Franc suisse. Car face à la concurrence étrangère, cette situation pénalise fortement les produits de la filière bois indigène. «Avec ce nouveau service, nous faisons appel à la solidarité de tout un chacun, car nous sommes persuadés que les consommateurs finaux sont de plus en plus sensibles à la transparence et à l’origine des produits qu’ils consomment» explique Christoph Starck, Directeur de Lignum, l’association faîtière de l’économie du bois en Suisse. De nombreux arguments plaident pour le bois : l’exploitation durable de la forêt, l’ajout de valeur locale, le matériau neutre du point de vue des émissions de CO2 ou encore le haut degré de compétence lors de sa transformation.


((Encadré))

Qui est derrière www.bois-holz-legno.ch

Le «Certificat d’origine bois Suisse» (www.lignum.ch/fr/technique/certification_du_bois) atteste la provenance suisse du bois. Tout bois ayant poussé dans les forêts suisses et transformé en Suisse peut être estampillé du certificat d’origine. De manière générale, tous les bois suisses sont durables car ils sont produits selon une législation forestière stricte et mondialement reconnue. Le label est utilisé sur l’ensemble de la surface forestière suisse et couvre près de 80% de la production de sciages suisses. Le label rond et rouge à croix blanche garantit ainsi aux consommateurs/trices l’origine suisse du bois (déclaration d’origine) sans surexploitation de la forêt.

 

Lignum Economie suisse du bois (www.lignum.ch/fr) est l’association faîtière de l’économie suisse de la forêt et du bois. Lignum représente une filière comptant près de 80'000 postes de travail allant de la matière première à l’utilisateur final. Elle regroupe l’économie forestière, les scieries, le commerce, les matériaux dérivés du bois, la charpente, la menuiserie et la fabrication de meubles.

 

Economie forestière Suisse (EFS, www.wvs.ch/fr) est l’organisation faîtière de l’économie forestière suisse. Elle représente les intérêts de 3’500 propriétaires forestiers publics et de 250'000 propriétaires forestiers privés. Elle défend les conditions cadres qui permettent aux exploitations forestières suisses de tirer durablement et économiquement parti de la forêt.

 

L’association des propriétaires de forêts bernois (BWB, www.bwb-pfb.ch) fait valoir les attentes des près de 36'000 propriétaires forestiers, et de leurs 176'000 hectares, du canton de Berne. A noter que 85% de ces propriétaires forestiers ne bénéficient pas de revenus fiscaux. C’est pourquoi les propriétaires de forêts bernois mènent une politique indépendante sur le plan cantonal et national.

 

Industrie du bois suisse (IBS, www.holz-bois.ch/fr) est l’association faîtière des scieurs suisses et des entreprises apparentées. Parmi les 250 membres que compte l’association, 200 exploitent une scierie. Le taux d’organisation est élevé: 90% de la capacité de production suisse provient des membres de l’association.

 

 

Personnes de contact pour la presse

 

Lignum                                                          Economie forestière Suisse

Christoph Starck, Directeur                            Markus Brunner, Directeur

044 267 47 88                                                032 625 88 15

079 290 02 58                                                079 291 20 39

christoph.starck@lignum.ch                               m.brunner@wvs.ch

 

Industrie du bois Suisse                            Propriétaires de forêts bernois

Hansruedi Streiff, Directeur                           Stefan Flückiger, Directeur

031 350 89 71                                                031 328 86 45

079 667 12 53                                                079 319 12 51

streiff@holz-bois.ch                                         stefan.flueckiger@bwb-pfb.ch

 

 

Illustrations
Capture d’écran du site www.bois-holz-legno.ch en fichier joint

Les illustrations du site www.bois-holz-legno.ch sont disponibles sur le service de presse bois de Lignum sous www.lignum.ch/fr/media/images, dossier «Bois_Suisse».

0 Kommentare

Les sapins de Noël suisses sont spécialement beaux cette année

Chaque année, un million de sapins de Noël sont vendus en Suisse. La plupart sont des sapins calibrés provenant de monocultures européennes. Mais on trouve aussi, chez l’agriculteur ou le forest

mehr lesen 0 Kommentare

Michael Gloor dirigera dès le 01.06.2013 l'Entreprise Forêts domaniales du canton de Berne

D'entente avec le Directeur de l'économie publique, l'Office des forêts a désigné Michael Gloor comme nouveau directeur de l'Entreprise Forêts domaniales. Michael Gloor prendra la succession de Roger Schmidt au 01.06.2013; à la même date, ce dernier endossera la direction de l'Office des forêts.

 

Michael Gloor est diplômé de l'Ecole de gardes forestiers de Maienfeld; il a complété sa formation par un certificat en Gestion forestière à la HESB-HAFL. De 1997 à 2004, en tant que forestier au sein de la Division forestière 1, il était entre autres responsable du triage Grindelwaldtal. En 2005, il est devenu remplaçant du directeur de l'Entreprise Forêts domaniales Berne, lors de sa création. Dans cette fonction, il a influencé de façon prépondérante le développement de l'entreprise. Depuis 2008, il est responsable des secteurs production technique, projets subventionnés et immeubles.Michael Gloor habite la commune de Ringgenberg, est âgé de 45 ans, marié et père de trois enfants.

 

L'Office des forêts lui souhaite plein succès dans sa nouvelle fonction.

0 Kommentare

Oui à la stratégie énergétique 2050 – Non à la stratégie biodiversité

La Task Force Forêt + Bois + Energie est sur le principe positive face à la stratégie énergétique 2050 de la Confédération, mais elle fait toutefois dépendre son approbation de certaines exigences importantes posées à la Confédération. Les consommateurs de bois brut du secteur du bois et de l’énergie regroupés au sein de la Task Force, qui sont d’ores et déjà considérés comme exemplaires de « l’économie verte » et qui fourniront à l’avenir des contributions encore plus essentielles pour atteindre les objectifs climatiques et énergétiques de la Suisse, n’accepteront pas d’être lourdement handicapés par la stratégie biodiversité que la Confédération prévoit en forêt.

L’approbation de la Task Force Forêt + Bois + Energie (TF FBE) à la stratégie énergétique 2050 de la Confédération ne va pas de soi, en particulier parce que la transformation du bois est une grande consommatrice d‘électricité et que la promotion de l‘énergie du bois ne doit pas avoir pour résultat de renchérir les achats de bois des autres consommateurs de bois au point que leur capacité de concurrence internationale en souffre et que l’on passe à côté de l’exploitation en cascade. La TF FBE associe donc son approbation de principe à la stratégie énergétique 2050 aux exigences suivantes:


 

Les membres de la Task Force achètent leur matière première dans la forêt suisse. Depuis des générations, les propriétaires forestiers et les gardes forestiers sont si soigneux qu’il n’est quasiment pas possible d’améliorer encore la biodiversité. En outre, actuellement, au maximum 65% des surfaces forestières sont véritablement exploitées. Et l’exploitation en tant que telle n’est pas en contradiction avec la biodiversité. Les incessantes prétentions d’accroître la biodiversité en forêt vont bien au-delà du standard international et doivent de toute évidence être rejetées.

Les consommateurs de bois brut en Suisse n’ont pas besoin de nouvelles limitations de l’approvisionnement, mais bien au contraire de possibilités de croissance, afin d’être en mesure de continuer à produire de façon proche des consommateurs et avec de courtes distances de livraison :

  • ·        
  • ·         Les producteurs de papier ont besoin de fibres fraiches en suffisance pour compléter la part élevée de vieux papier recyclé.
  • ·        

Thèmes et positions sur www.taskforceholz.ch

La Task Force Forêt + Bois + Energie (TF FBE) regroupe au niveau associatif et entrepreneurial les consommateurs suisses de bois brut du secteur bois et énergie du bois. Font partie de la Task Force : les associations Industrie du bois Suisse, Energie-bois Suisse et Entrepreneurs forestiers Suisse, ainsi que les entreprises AEK Energie AG, Axpo Holz + Energie AG, Despond SA, Holzwerk Lehmann AG, Kronospan Schweiz AG, Otto Lädrach AG, Papierfabrik Utzenstorf AG, Pavatex SA, Perlen Papier AG et Schilliger Holz AG.

Tous les membres TF FBE dépendent de la forêt suisse et de la disponibilité de sa matière première.

La TF FBE se sert des moyens de communication pour améliorer l’approvisionnement suisse en matière première bois, surtout en bois résineux. Elle entend :

-         améliorer la mobilisation de la matière première ;

-         renforcer la fonction d’exploitation de la forêt ;

-         exercer une influence sur les conditions cadre politiques actuelles qui vont à l’encontre d’une exploitation durable de la forêt suisse.

Dès maintenant, vous trouverez un aperçu complet des domaines et thèmes Forêt + Bois + Energie ainsi que des positions communes des membres TF FBE sur le site Web qui vient d’être mis en ligne www.taskforceholz.ch.

mehr lesen 0 Kommentare

Annuaire La forêt et le bois 2012

  L’Annuaire La forêt et le bois est rédigé et publié par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Il donne des informations détaillées sur les ressources forestières, la récolte de bois, les prestations et les produits de la forêt, la certification, la transformation du bois ainsi que le commerce de bois et de produits en bois de la Suisse. La plupart des données proviennent de relevés de l’Office fédéral de la statistique (OFS) et de l’OFEV. 

http://www.bafu.admin.ch/publikationen/publikation/01693/index.html?lang=fr

Capricorne asiatique: les contrôles réguliers se poursuivent

Berne, 12.11.2012 - Le capricorne asiatique, un organisme nuisible particulièrement dangereux qui s’attaque à presque toutes les espèces de feuillus, est apparu en Suisse en 2011. Depuis, des coléoptères adultes ou des larves ont été découverts dans sept cantons. Ils ont été introduits en Suisse dans la plupart des cas avec les emballages en bois dans lesquels sont importées des pierres d’Asie. En juillet 2012, à Winterthour, de nombreux arbres vivants ont été infestés par ce parasite. Dès lors, les importations de pierres sont soumises à des contrôles sévères. Environ 8% des conteneurs contrôlés ont été bloqués (état au 2 novembre 2012). La Confédération élabore actuellement une stratégie de lutte au niveau national.

En 2012, des capricornes asiatiques (anoplophora glabripennis, Motschulsky) ont été découverts dans plusieurs cantons (cf. encadré). Depuis la première apparition de cette espèce nuisible particulièrement dangereuse en automne 2011 dans les cantons de Fribourg et de Thurgovie, cinq autres cantons ont signalé la présence d'anoplophora: Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Berne, Lucerne et Zurich. Au total, quelque 145 spécimens vivants, 7 morts et plusieurs larves ont été dénombrés jusqu'ici en Suisse.

Dans la plupart des cas, les coléoptères se trouvaient dans les emballages en bois de produits en pierre importés d'Asie. La contamination la plus importante est apparue en juillet 2012, à Winterthour, sur des arbres vivants. Ce cas a nécessité l'abattage urgent de plus de 60 arbres, dont le bois a ensuite été broyé et éliminé dans une usine d'incinération. Les arbres situés dans un rayon d'environ deux kilomètres du foyer de contamination seront contrôlés régulièrement durant les quatre prochaines années. En cas de soupçon de contamination, des chiens renifleurs spécialement formés et des arboristes-grimpeurs peuvent intervenir pour effectuer des vérifications.

Des contrôles seront également effectués durant l'hiver aux endroits où des spécimens adultes ou des larves ont déjà été recensés afin de dépister les larves hivernant dans les troncs des arbres. Au printemps, lorsque commence la période d'envol du coléoptère, la surveillance sera à nouveau renforcée.

Notification obligatoire pour les importations de pierres

Depuis le 9 juillet 2012, les importations de pierres en provenance de pays tiers (non-membres de l'UE) et du Portugal doivent obligatoirement être notifiées en Suisse. Les contrôleurs du Service phytosanitaire fédéral (SPF), un service conjoint de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) et de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG), vérifient le matériel d'emballage et autorisent les importations si elles ne sont pas contaminées. Ces contrôles doivent éviter l'introduction de nouveaux spécimens en Suisse.

Selon l'OFEV, le renforcement des contrôles au port de Birsfelden est efficace. Jusqu'au 2 novembre 2012, ce sont quelque 259 livraisons, soit 617 conteneurs, qui ont été contrôlés au total. Parmi ces conteneurs, 48 ont été bloqués (21 livraisons), car ils ne respectaient pas la norme NIMP 15. Cette norme exige que les pays exportateurs fassent subir un traitement thermique aux matériaux d'emballage en bois afin de tuer les éventuels coléoptères ou larves. Cependant, plusieurs palettes signalées comme ayant été traitées contenaient malgré tout des larves vivantes. Ce matériel d'emballage contaminé a été éliminé.

Le SPF est en train d'examiner si l'obligation de notification doit s'étendre à d'autres produits importés dans des emballages en bois à partir de pays à risque, plus spécialement des pays asiatiques.

Mesures d'information

Les cantons sont légalement responsables du contrôle sanitaire de leurs forêts et doivent signaler à la Confédération tous les cas de contamination provoquée par des organismes de quarantaine soumis à une obligation de notification. L'OFEV élabore actuellement une stratégie de lutte au niveau national contre le capricorne asiatique ainsi qu'une directive à ce sujet. Les cantons collaborent aussi activement dans le cadre d'un groupe de travail national sous la direction du SPF, le but étant l'extinction des foyers de contamination.

Afin de découvrir le plus grand nombre possible de cas suspects, la Confédération et les cantons ont pris des mesures d'information et de sensibilisation. Celles-ci ne sont pas restées sans effet: le nombre de signalements et de demandes adressés aux services spécialisés fédéraux et aux autorités cantonales a clairement augmenté au cours des dernières semaines. Ainsi, les travaux de détermination des organismes menés par l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), à Birmensdorf, ont fortement augmenté.

ENCADRE

Le capricorne asiatique

Le capricorne asiatique est classé comme organisme de quarantaine à déclaration obligatoire. Il est principalement introduit avec du bois d'emballage importé d'Asie. Ce coléoptère est qualifié d'organisme nuisible particulièrement dangereux par l'ordonnance sur la protection des végétaux (OPV), et doit être combattu systématiquement afin qu'il ne puisse pas s'implanter et se propager en Suisse. S'il s'attaque de préférence aux érables sycomores et aux saules, il menace à peu près toutes les espèces de feuillus, principalement les arbres sains. Il est donc particulièrement dangereux. Les arbres attaqués meurent généralement après quelques années, sans qu'il existe de possibilité de stopper le processus. Cet organisme risque de causer des dégâts considérables sur les plans écologique et économique dans les parcs publics, les vergers et les forêts.

Si vous pensez avoir repéré un spécimen de ce coléoptère, capturez-le, conservez-le si possible vivant dans un récipient solide et fermé (verre avec couvercle, pas de sac en plastique), photographiez-le dans la mesure du possible et informez immédiatement le service phytosanitaire cantonal. Le coléoptère asiatique est noir, le plus souvent brillant, avec des taches claires réparties sur tout le corps. Il est relativement simple à différencier de la plupart des espèces de capricornes indigènes, parmi lesquelles certaines sont menacées et protégées au niveau européen.

Photo: L'Institut fédéral de recherches WSL met gratuitement à disposition la documentation photographique pour illustrer les articles de presse en lien avec ce communiqué. La reprise de cette image dans des banques de données ainsi que sa vente par des tiers sont interdites.

Adresse pour l'envoi de questions:

Section Médias OFEV

Téléphone: 031 322 90 00

Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch

0 Kommentare

weil Waldeigentum eine wirksame Stimme braucht...


Kontakt

Berner Waldbesitzer BWB

Halenstrasse 10

CH-3012 Bern

Fon: +41 (0)31 533 50 70

Fax: +41 (0)31 328 86 59

GSM: +41 (0)79 319 12 51

www.facebook.com/bernerwald